Michèle Cohen

Olga à « École du Regard » : une artiste au bord de l’art

 

L’Ecole du Regard – Point de vue [18]

 

[ Skholê est un signifiant paradoxal : d’abord repos/loisir, puis étude (école)/application, enfin…paresse, inaction ! C’est la libre disposition de son temps pour s’appliquer ou s’adonner à ce qu’on n’aime et qui ne peut être forcé. L’équivalent latin, c’est l’otium (loisir, oisiveté), consacré par privilège au studium, et qui s’oppose au negotium (négoce, activité salariée, contrainte). …]

 

Le fil rouge de LA NON-MAISON est le lien entre écriture et arts visuels. En 2011, j’ai fondé l’École du Regard à Aix-en-Provence, une école libre ouverte à tous qui invite chercheurs, artistes, scientifiques à donner leurs points de vue. L’idée est de tourner autour du mystère du regard. En 2007, LA NON-MAISON est inaugurée vide, avec un point de vue de Renaud Ego ce qui lui donnera l’impulsion d’écrire plus tard un livre « Une légende des yeux » publiée chez Actes sud. Cette École du Regard a décidé au bout de 10 ans d’être itinérante et de voyager aux quatre coins du monde.

 

Olga Theuriet a été lauréate 2017 du prix de l’Ecole du regard. Le travail d’Olga tourne autour du presque rien. Mais « Rien » c’est déjà beaucoup, comme dans les paroles de Serge Gainsbourg. Elle coud, découd lors de singulières performances, immergée dans la foule, avec une concentration inouïe, qu’aucune agitation habituellement rencontrée lors des vernissages ne peut distraire. Elle ne créé pas elle médite au bord de l’art, comme au bord d’un précipice.

 

Elle est en quête de la juste mesure, la juste proportion, comme chez les grands peintres, même si en guise de toiles et de pinceaux, elle utilise culottes, chemises, soutien- gorges…

 

Elle fait désormais partie du groupe d’artistes fidèles de la Non-Maison tels Patrick Sainton, Bernard Plossu, qui n’ont de cesse de questionner le mystère du regard avec des moyens minimalistes, proches du surbanalisme, Sur la vitrine de LA NON-MAISON, une phrase de Morandi : « Rien n’est moins visible que ce que l’on voit réellement… ».

 

Michèle Cohen, directrice de LA NON-MAISON