JO LE ROUGE [OU LE MARIN DE GIBRALTAR]

Exposition personnelle de Serge Kantorowicz

 

Du 23 novembre au 21 décembre 2013

 

Pour cette exposition réalisée dans le cadre du projet « Ulysses, un itinéraire d’art contemporain » organisé par le FRAC Provence-Alpes-Côtes d’Azur pour Marseille-Provence Capitale Européenne de la Culture 2013, LA NON-MAISON a rassemblé 25 dessins de Serge Kantorowicz à l’encre de chine sur papier registre datant des années 1930 d’un format de 18 cm x 24 cm n° de 1 à 25 chacun intitulé : « Le marin de Gibraltar ».

Né à Paris en 1942, Serge Kantorowicz est un peintre français d’origine polonaise. Il a étudié à l’Ecole Estienne des Arts Graphiques de 1958 à 1961 puis élève libre à l’École des Beaux-Arts de Bruxelles. Il a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres. Depuis 2007, Serge Kantorowicz est représenté par La Non-Maison dans la région PACA.

Serge Kantorowicz, Le marin de Gibraltar, encre de chine sur papier registre, 1930 © The Artist

Serge Kantorowicz fut graveur dans les ateliers Maeght où il travailla notamment pour Miro, Riopelle,  Michaux ou Giacometti.  Il est lui même un maître de l’estampe et un dessinateur virtuose, à travers maints carnets à l’encre de chine, proche par son métier d’un Toulouse-Lautrec ou d’un Bonnard mais aussi des Bruno Schulz et Alfred Kubin par son investigation résolue des abysses inconscients. Nourri de ses lectures , il est l’auteur de grandes expositions thématiques où se manifeste un expressionisme intériorisé d’une humanité toute rembranesque dans l’art du portrait , autour de la Comédie humaine de Balzac par exemple, des romans cycloniques de Hugo ou du metteur en scène protéen Tadeusz Kantor . On lui doit également d’étonnantes scènes de genre oniriques, versant Goya, et des paysages urbains désertiques, prétexte à explorer, dans la perpétuité de Cézanne, l’envers futuriste de la perspective au gré des violents contrastes lumineux révélant, cyclopéenne nature morte, l’abandon nocturne, décapité de toute centralité, de constructions labyrinthiques néo-urbaines. Artiste majeur témoin de l’Histoire et de ses gouffres, Serge Kantorowicz a poussé la figuration aux confins abstraits de l’expressionisme. Chez lui, le génie du dessin – cette liberté en acte qu’inspire le secret tendrement ironique de l’Eros – sert avec une sorte de démiurgie espiègle l’intensité picturale dans ses ombres claires et ses noirs éclats.

 

Hubert Haddad